Communauté de Communes de Commentry / Néris-les-Bains
 
Présentation


  • Historique
  • Géographie
  • Accès
  • Coordonnées /Personnel
  • Les communes
  • Actualités
  • Liens

    Verneix Bizeneuille Deneuille-les-Mînes Saint-Angel Chamblet Néris-les-Bains Malicorne Commentry Durdat-Larequille La Celle Colombier Hyds
     
     
    Mois précédent Juin 2017 Mois suivant
    D L M M J V S
        123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930 
     

     

    Commentry et la révolution industrielle

    Commentry et la révolution industrielle

    La révolution industrielle a été provoquée par l'existence d'un bassin houiller s'étendant sur 2880 hectares constitué de charbon schisteux assez facile à extraire. Celui-ci avait été exploité d'une façon décousue sous la Révolution et l'Empire mais l'exploitation va être menée plus rationnellement à partir du moment où Nicolas RAMBOURG (Maître des forges de Tronçais depuis 1788 - maire de Commentry de 1830 à 1864), qui a compris l'importance de la présence de ce minerai, devient propriétaire de la mine.
    Afin de consommer sur place un charbon qui ne pouvait pas encore s'exporter, Nicolas RAMBOURG eut l'idée de monter une industrie utilisatrice de ce minerai. En 1823 il crée un établissement pour fabriquer verres et glaces : la Glacerie. C'est le début de l'industrialisation commentryenne. Dès 1825 des ateliers couvraient 10 hectares et occupaient près de 800 ouvriers, certains venus de Saint-Gobain (02) et de Saint-Quirin (57). A partir de 1830, cette entreprise périclita et les derniers bâtiments furent vendus en 1840.
    C'est à cette époque que l'extraction houillère reprendra car à cette date le Canal de Berry a été creusé. Il permet de conduire les minerais de fer de la région de Dun à la ville de Montluçon. La création en 1844 du chemin de fer Commentry-Montluçon met en relation fer et charbon permettant ainsi la naissance de la région sidérurgique de Montluçon-Commentry.

    En 1846, les frères RAMBOURG, toujours soucieux d'utiliser le charbon sur place créent la Forge (Société des Forges de Châtillon-Commentry) qui produit des fers et des tôles. A la fin des hostilités de 1914/18 cette usine emploie 1 137 ouvriers. En 1929 la production de tôle pour l'industrie automobile, de fer pour les conserves, d'aciers spéciaux en barre occupent plus de 2 000 salariés. A partir de 1940 s'entame une récession dans ce secteur.
    En 1939 Marcel LINGOTcrée l'Alimentation Equilibrée (AE) société qui fabrique des produits biologiques pour l'alimentation humaine et celle du bétail. L'AE s'engage dans la biochimie qui devient l'orientation majeure de l'entreprise (vitamine A et ses dérivés, produits pour l'industrie pharmaceutique et la diététique…). En France elle devient la seule à fabriquer sur le plan industriel ces produits en concurrence avec des fabricants américains et allemands. En 1955 elle occupait 250 personnes. Parallèlement d'autres entreprises se montèrent dans le secteur de la chimie : Société d'Application ménagères et agricoles de la chimie industrielle (fabrication d'insecticide), Association technique pharmaceutique et équilibre biologique (produits pharmaceutiques)  
     
     
    Usine Adisséo

    Dans le dernier quart du 19ème siècle, la conjoncture s'est inversée et les industries du secteur décrurent. Si l'expansion démographique liée au développement de l'industrie s'était poursuivie comme au début de la révolution industrielle la population de cette ville serait actuellement de plus de 60 000 habitants.

    Durant cette période de la révolution industrielle, il y a eu différents mouvements de populations :


  • Immigrations
    - Des verriers venant de Lorraine, puis des métallurgistes arrivant d'usines en liquidation (Jura, Cher).
    - Des ruraux venants des communes environnantes (Chamblet, Durdat, La Celle…) pour travailler dans les industries de Commentry.
  • Emigrations
    - Des mineurs à la fin de l'exploitation du gisement de Commentry vers Saint-Eloy, Brassac, Decazeville et le Pas-de-Calais.
    - Des métallurgistes vers Montluçon.

    La ville de Commentry, première municipalité socialiste au monde est dotée d'un patrimoine de sculptures et de peintures grâce à Isidore Thivrier (Député de 1924 à 1940, Conseiller général et Maire de Commentry de 1936 à 1943). Convaincu du pouvoir éducateur de l'oeuvre d'art, Isidore Thivrier, opta pour cette forme d'expression. En contact avec d'autres députés représentant les départements du Nord, ayant eux-mêmes procédé à des commandes semblables dans leurs villes industrielles, il obtient un nombre non négligeable de dépôts de l'État. Les oeuvres choisies témoignent d'une idéologie propre à cette municipalité socialiste : l'exaltation du travail, de l'effort physique, et de la nature.

    Deux autres communes de la communauté de communes présentent des spécificités.


  • Publications à télécharger  |  Nous contacter  |  Marchés publics  |  Paiement en ligne  |  Mentions légales | Plan interactif